La réalisation de la déclaration lmnp : le guide complet

112
Partager :

La location meublée non professionnelle ou LMNP n’est pas une loi ou un régime fiscal mais plutôt un statut d’investisseurs. Ce statut a pour objet de régir une activité et de définir les conditions et la fiscalité qui lui sont applicables. Le régime fiscal de l’activité de location meublée du propriétaire consiste à mettre en location un bien meublé de façon non professionnelle. Grâce à ce statut, le propriétaire bailleur pourra accéder à un avantage financier majeur, notamment la réduction d’impôt, par principe d’amortissement et de défiscalisation.

Les conditions du statut LMNP

Pour profiter des avantages apportés par le statut LMNP, il est important d’acheter un logement meublé ou un logement nu et le meubler après. Avant de pouvoir récupérer la TVA, il vaut mieux investir dans une résidence de service. Vous devez également être liés par un bail commercial à un gestionnaire de résidence et ne pas toucher plus de 23 000 € de revenus des locations sous le régime LMNP ou 50 % de vos revenus globaux. Pour prétendre à ce statut, il ne faut pas être inscrit au registre de commerce et des sociétés (RCS) en tant que loueur de meublés professionnelle (LMP). 

A lire en complément : Rédaction de compte rendu : les erreurs à éviter

Le statut LMNP pour accéder à de nombreux avantages

De manière générale, le principal objectif des investisseurs se lançant dans la location en meublé non professionnel est souvent le même, c’est-à-dire obtenir des revenus défiscalisés grâce à leur statut LMNP. En effet, vous avez la possibilité de choisir plusieurs options fiscales en fonction de votre situation. Ensuite, les revenus générés par les loyers de vous location meublée non professionnelle peuvent être déclarés sous deux régimes, selon votre convenance : le régime micro BIC le régime réel. 

En LMNP sous le régime fiscal micro BIC (bénéfices industriels et commerciaux), l’investisseur peut bénéficier d’un avantage de taille au moment de déclarer ses impôts : il s’agit notamment de l’abattement forfaitaire de 50 % sur les loyers perçus.

Lire également : Prévisions des taux de crédit immobilier pour 2022

Quant au régime réel, il permet d’accéder à deux offres fiscales à savoir la déduction de l’ensemble des charges liées à l’investissement :

  • Le crédit
  • La comptabilité
  • La taxe foncière
  • Les charges de copropriété

A cela s’ajoute l’amortissement du bien et de ses meubles qui sont également déductibles de l’impôt sur le revenu. 

En louant en résidences de services (les résidences étudiantes, les résidences séniors, les EHPads et les résidences d’affaires), vous pouvez récupérer la TVA compris dans le prix d’achat du bien. De plus, l’investisseur pourra profiter d’une réduction d’impôt pouvant aller jusqu’à 11 % du montant total dans le cadre du dispositif Censi-Bouvard. 

La déclaration de ses revenus en LMNP

En vous rendant sur https://www.decla.fr/lmnp, vous pouvez vous renseigner davantage sur les possibilités de procéder à la déclaration LMNP en ligne. Tout investisseur en LMNP se doit de déclarer les recettes annuelles par la voie du formulaire de déclaration complémentaire des revenus 2042 C. Pour ce faire, l’investisseur en LMNP doit cocher la case « identification des personnes exerçant une activité non salariée », sachant que ce formulaire recueille les revenus déclarés sur les professions non salariées. Peu importe le régime que vous choisissez, il importe de rassembler toutes les informations relatives à vos revenus locatifs et à vos dépenses réalisées autour du bien immobilier, avant de procéder aux déclarations. 

Partager :